Conseils et astuces

Tout sur les systèmes d’arrosage automatiques

Tout sur les systèmes d’arrosage automatiques

De nombreuses personnes envisagent d’installer un système d’arrosage automatique (arroseur) pour arroser leurs pelouses pour quelques raisons simples. En effet, elles sont tout simplement fatiguées de traîner les tuyaux d’arrosage ou d’avoir des tuyaux qui s’entortillent ou se coincent sous les pneus de voiture.

Mais il existe d’autres raisons de passer à un système d’irrigation automatique. Ci-dessous, nous allons explorer quelques-unes des raisons pour lesquelles les propriétaires envisagent de retirer définitivement ces tuyaux d’arrosage gênants et d’installer des arroseurs sur la pelouse. Merci à Terryn vof, entreprise spécialisée en entretien de jardins pour ces précieux conseils !

Avantages et inconvénients des arroseurs

Les systèmes d’arrosage automatique sont pratiques, surtout pour ceux qui voyagent. Le seul inconvénient que l’on puisse citer, c’est qu’au départ, ils coûtent plus cher que les tuyaux classiques. Mais s’ils sont installés et programmés correctement, ils peuvent même vous faire économiser de l’argent à long terme et mais aussi vous aider à ne pas gaspiller l’eau. En effet, arroser avec un tuyau ou avec un oscillateur gaspille de l’eau. Aucune de ces méthodes ne cible les racines des plantes avec un degré de précision significatif. Les systèmes d’arrosage automatiques peuvent être programmés pour décharger des quantités d’eau plus précises dans une zone ciblée, ce qui favorise l’économie d’eau (et d’argent).

Matériel nécessaire

Un tel système de d’arrosage est constitué de quatre composants de base :

  • La minuterie ou « contrôleur »
  • Les vannes d’irrigation
  • La tuyauterie souterraine
  • La tête d’arrosage

Les systèmes d’irrigation goutte à goutte ont un équipement qui rejette l’eau différemment et qui sera couvert séparément. Même parmi les systèmes d’irrigation par aspersion, il existe différents types d’équipements « principaux » pour évacuer l’eau. Les têtes ‘’ spray’’ et les têtes ‘’rotor’’ sont deux des plus courantes.

Quels sont les meilleures têtes d’arrosage à utiliser ?

Tenez compte de la manière dont les facteurs de topographie et de taille de pelouse entrent en jeu lors du choix d’un type de tête d’arrosage. Examinons de plus près les deux types courants de têtes d’arroseurs automatiques de gazon :

La tête d’arroseur à pulvérisation (spray) est comparée à « une buse de douche », car elle n’alterne pas le schéma de pulvérisation. En revanche, les têtes de rotors fonctionnent en faisant tourner des courants d’eau d’avant en arrière ou en cercle sur le paysage.

Les têtes d’arrosage à pulvérisation sont parfois conçues pour sortir du sol lorsque le système d’arrosage est activé, tandis que d’autres reposent sur des tuyaux qui restent en permanence à la surface du sol. Les têtes de pulvérisation rejettent un grand volume d’eau en un temps relativement court, ce qui leur confère -dans le jargon de l’arrosage- un « taux d’application élevé ». Pour cette raison, les systèmes d’arrosage à tête de pulvérisation conviennent mieux aux surfaces planes qu’aux pentes. Si vous devez utiliser une tête de pulvérisation sur une pente, programmez votre système d’arrosage de manière à ce que l’eau soit évacuée sur plusieurs périodes plus courtes. Cela vous aidera à éviter les écoulements inutiles.

En revanche, les têtes d’arrosage à rotor ont un taux d’application plus bas, ce qui facilite leur utilisation sur les pentes. Les têtes de rotor appliquent également l’eau de manière plus uniforme que les têtes de pulvérisation, ce qui les rend plus adaptées à l’arrosage de grandes surfaces. Pour les personnes qui souhaitent irriguer de grandes surfaces de pelouse, les systèmes d’arrosages à tête de rotor constitueraient un choix logique.

Systèmes d’irrigation goutte à goutte et conservation de l’eau

Les systèmes d’irrigation au goutte-à-goutte, au niveau le plus élémentaire, sont constitués d’une série de tubes percés de trous ouverts à intervalles réguliers. L’emplacement des trous à ciel ouvert est conçu de manière à irriguer plus efficacement les plates-bandes de jardin spécifiques dans lesquelles les systèmes d’irrigation goutte à goutte seront enterrés, favorisant ainsi la conservation de l’eau. Si vous avez un lit dans lequel les plantes vivaces sont espacées de deux pieds, il y aura des trous correspondants dans la tubulure à des intervalles de deux pieds, à travers lesquels de l’eau sera évacuée. Vous ne gaspillez pas d’eau avec les systèmes d’irrigation au goutte-à-goutte, car vous n’arrosez pas la zone intermédiaire entre les plantes. Le ruissellement ne se produit que là où les plantes se trouvent.

Les arroseurs, contrairement aux systèmes d’irrigation au goutte-à-goutte, pulvérisent d’abord l’eau dans l’air, avant même qu’elle n’atteigne le sol. Le vent peut emporter l’eau en suspension dans l’air et la répartir ailleurs que là où elle devait aller – une inefficacité qui ne favorise pas la conservation de l’eau. Les systèmes d’irrigation goutte à goutte empêchent cette perte d’eau inutile en amenant l’eau jusqu’aux racines.

Les systèmes d’irrigation goutte à goutte sont souvent installés dans des zones où poussent des fleurs ou des arbustes (c’est-à-dire des éléments individuels séparés par des espaces), par opposition à une pelouse. Ils vous permettent de cibler les racines des plantes avec encore plus de précision que les arroseurs, ce qui améliore la santé des plantes et la conservation de l’eau.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *